La Louisiane, au cœur du pays Cajun

Au cœur du pays Cajun en Louisiane

Salle de danse de Vermilionville

Aidus Roger, le roi de l’accordéon cajun-1924

Simplicité, joie de vivre, musique, rythme à faire danser, voilà ce qui caractérise les Cajuns de la Louisiane. Pour ma deuxième visite en ce pays irrésistible, j’ai choisi de m’imprégner de cette atmosphère unique et si vivifiante en me plongeant au cœur du pays des Cajuns, la région de Lafayette.
J’ai d’abord passé quelques jours à Saint-Martinville espérant y observer quelques oiseaux intéressants à Lake Martin. Mais la saison n’était pas encore commencée en ce début mars frisquet et pluvieux. Je me suis donc orienté vers la culture acadienne en visitant Vermilionville, le village-musée sur l’histoire et la culture acadienne et créole à Lafayette et les villages d’Erath et d’Abbeville situés au sud de la ville.

Erath et Abbeville

Mon premier arrêt en territoire cajun s’est fait chez Betty’s RV Park. Tout petit terrain de camping en plein Abbeville, mais surtout très sympathique. Sa propriétaire, Betty Bernard est un personnage bien connu des campeurs itinérants et des musiciens locaux. Personne ne connaît mieux sa région et ne la fait connaître avec autant d’enthousiasme et de passion. Dès mon arrivée, elle m’a proposé de m’emmener à un jam session au village voisin d’Erath où ses « guests », les autres campeurs, se trouvaient déjà. Vous pourrez la voir en visionnant les vidéos ci-après. Le lendemain, le jam session avait lieu directement au camping, dans le salon communautaire où chacun apportait ses plats et boissons dans un joyeux partage typiquement louisianais. J’y ai passé deux journées mémorables et n’espère qu’y retourner pour profiter pleinement de l’esprit du lieu. J’étais un peu en « rush » pour revenir à Montréal en raison d’une convocation comme candidat-juré.

Vermilionville

Monsieur Arceneaux Vermilionville

Monsieur Arceneaux, artisan du bois

Il s’agit d’un village acadien et créole typique comprenant des maisons historiques remontées sur place ou des reconstitutions fidèles de bâtiments comme l’église du village. Une boutique, un restaurant proposant des plats « cadiens » et une salle de spectacle offrant des performances d’artistes locaux tous les dimanches, en font un lieu des plus vivants et actuels.
J’ai pu y discuter avec un artisan du bois, M. Arcenaux et un musicien, Jules Guidry, dit Nonc’ Jules. Celui-ci anime l’émission hebdomadaire Le Bal de Dimanche après-midi sur les ondes de la radio publique locale KRVS. On peut y entendre Zacharie Richard de temps à autre.
C’est Jules Guidry qui m’a orienté vers le restaurant Randol’s où se produisent tous les soirs des artistes cajuns ou créoles (Zydeco). Le mercredi est réservé aux « locals » où artistes et danseurs s’y mêlent dans une atmosphère détendue et très sympathique. J’y ai dégusté un bol de gumbo au fruits de mer et un étouffé d’écrevisses, plats typiquement louisianais.
J’ai tourné la petite vidéo sans prétention qui suit à Vermilionville et chez Randol’s le mercredi 8 mars 2017 avec mon iPhone.

Baton-Rouge

Avant de remonter définitivement vers le Nord et mes devoirs de citoyen, je me suis arrêté deux jours à Baton-Rouge pour voir un peu la ville que j’avais négligée lors de mon précédent voyage. Capitale de la Louisiane, c’est principalement une cité universitaire et administrative. Le quartier où est situé le camping municipal dans lequel je me suis arrêté est assez cossu, ce qui contraste avec les petites villes de la région de Lafayette qui semblent beaucoup plus défavorisées économiquement.

Le nom de Baton Rouge a été donné par les colons français et utilisé par d’Iberville. Les Amérindiens plantaient des têtes de poissons et d’ours sur de grands poteaux rouges en guise de sacrifices.

Du camping une piste cyclable longeant le Mississipi nous mène directement au centre-ville. Je m’y suis donc rendu par un beau dimanche après-midi et m’y suis promené à pied après avoir laissé mon vélo dans le port de la ville. Petite promenade tranquille et agréable dans les rues pratiquement désertes. Je n’avais que mon iPhone pour la photographier; les photos se trouvent dans la galerie ci-dessous.

Ce texte est aussi disponible en : English

Commentaires 7

  1. Salut René
    Merci de partager encore une fois tes expériences de voyage.
    En peu de mots tu réussis toujours à bien décrire les attraits des coins de pays visités, pour notre plus grand bonheur????????
    Même avec un téléphone tu réalises de belles photos.
    Hâte de te voir à Trois-Rivières prochainement

  2. La Louisiane, c’est un voyage en soi dans ton voyage. On sent une joie de vivre malgré tout; un bel exemple de vie.
    Merci de t’être arrêté au pays cajun et de nous en partager la beauté.
    France

  3. Vivifiante, entraînante cette musique… je ne tiens plus en place tellement j’ai le goût de danser. Tu sais nous faire vivre des émotions et ressentir l’atmosphère. Encore de superbes photos… j’aime particulièrement les photos des musiciens d’Erath, le gros plan sur les instruments ainsi que la piste cyclable. Merci ! J’écouterai à quelques reprises question de m’imprégner encore de cette belle ambiance. Diane 🙂

  4. Un dépaysement total…. un plongeon dans l’univers de Zacharie Richard… Tu sembles avoir apprécié tout particulièrement l’accueil chaleureux et convivial des gens… Une belle expérience humaine! Nicole

  5. Ça a l’air tout simple la-bas… Ça donne le goût d’aller y faire un tour. Encore une fois René: BRAVO!

  6. Bien aimé entendre cette musique entraînante qui évoque une partie de la culture des cajuns. Le contexte historique de leurs arrivées en Louisiane nous fait voir une culture de bons vivants et de survivants. Merci de partager ce bel épisode de ton périple!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *